Le médecin et l’agriculteur

          Ce n’est pas une fable, c’est l’histoire de la rencontre entre un médecin du Burkina Faso, en stage à l'hôpital de Poitiers en 2001, et un agriculteur de Blaslay, qui a permis en 2005 la naissance d'un jumelage pour le développement de l'agriculture.
          Un comité d'agriculteurs du village de Kpakpara, de la commune de Diébougou, province de Bougouriba au sud-ouest du Burkina Faso, s'est donc associé à un groupe d'agriculteurs de chez nous.

          Plusieurs échanges ont eu lieu, et en janvier 2008, un groupe de neuf personnes s'est rendu sur place. Dans le village de Kpakpara, les conditions de vie sont assez précaires : pas d'électricité, pas d'eau courante (les femmes vont la chercher au puits dans des bassines qu'elles portent sur la tête); les récoltes sont médiocres;  on fait en moyenne un repas par jour; la viande est rare… Un peu plus de la moitié des enfants sont scolarisés ..
         Ce jumelage s'est fixé comme objectif de répondre aux besoins alimentaires en développant des zones de cultures maraîchères pendant la saison sèche (en hiver pour nous). Les subventions de la commune de Blaslay, du Conseil général, du ministère des Affaires étrangères, ont permis à ce jour de financer : un puits d'eau potable, deux puits de maraîchage pour irriguer les terrains, l'achat d'une motopompe ainsi que la création de petits élevages de poules et de porcs.
        
          Un petit groupe d'agriculteurs de Kpakpara est venu à Blaslay début octobre 2009 pour observer nos pratiques agricoles, nos organisations en coopérative, en groupement d'achat ou de vente des produits, et voir des maraîchers à Vendeuvre et Neuville, un élevage de volailles, etc.
A la suite de la visite d'une grande surface, un burkinabé me dit : « Vous avez tout ce qu'il faut ici, je me demande ce qui peut encore vous faire envie!... »
 
Et si nous avions envie d'être plus solidaires dans deux mondes aussi différents!

Contact mairie de Blaslay ou J. Boisseau 05 49 50 44 70...

                                                                                   M. Dufour